Vos centres commerciaux Auchan sur Aushopping.com CHOISIR UN CENTRE COMMERCIAL

A LA POURSUITE DU BONHEUR - EDITION LIMITEE

WARNER MUSIC DV

Encore une invention du Marketing, c'est tiré par les cheveux. He bien, non ! ...

> Lire la suite


Cet article n'est pas disponible à la vente sur Aushopping.com.
Pour le mémoriser, ajoutez-le à votre liste d'envies.
Descriptif produit

Encore une invention du Marketing, c'est tiré par les cheveux. He bien, non ! Prenez le temps d'écouter le CD, et vous serez stupéfait d'entendre que, tout comme la musique de films, le Jazz tire ses racines de la musique classique. Issu du croisement du blues, du ragtime et de la musique européenne, le jazz est une forme musicale afro-américaine difficile à définir avec précision. Aux origines du Jazz, on admet couramment les afro-américains descendants d'esclaves ; cependant certaines de ses caractéristiques, et en particulier la plus marquante d'entre elles, le Swing, pourraient avoir été entrevues chez les compositeurs de la vieille Europe. Quant au rag time de Scott Joplin, il est certain qu'il fut influencé par la musique classique occidentale.Passe encore pour Beethoven, ce révolutionnaire en musique pouvait bien inventer le Jazz à 10.000 kilomètres de New York et 100 ans avant la première audition de Rhapsody in Blue. Mais Brahms ! l'austère barbu n'allait-il pas au détour d'une oeuvre de musique de chambre, celle qui ne rigole pas, se mettre à inventer la Walking Bass, fondement du Blues et seule survivance dans la dzing-dzing boum-boum qui fit parfois office de musique populaire dans la seconde partie du XXe siècle ? Qu'on écoute le début du mouvement lent de la Sonate pour violoncelle et piano en mi majeur et l'on verra que des pizzicati du violoncelle se dégagent d'incroyables volutes de fumée bleue. Encore plus à l'est... Si parmi les Tableaux d'une exposition de Moussorgski, la postérité a retenu La Grande Porte de Kiev, dans le court Ballet des petits poussins dans leur coque, on peut entendre sans qu'il soit besoin de partager le goût de Modeste pour la bouteille, un morceau sorti droit de l'inspiration de. Quincy Jones. Comment imaginer inspiration plus proche des Petits poussins dans leur coque, que celle qui préside à sa célèbre Bossa-Nova ? Il faut dire que Quincy Jones, avant de composer les plus grands tubes de Michael Jackson, avait étudié la musique en Europe auprès de Nadia Boulanger.D'autres grands compositeurs américains ont franchi l'Atlantique pour s'aguerrir auprès de maîtres classiques. Parmi les cas les plus marquants, on peut citer Dave Brubeck, élève de Darius Milhaud. Ceux-là ont souvent enrichi leur art de connaissances sans perdre en route leur originalité. C'était pourtant la crainte de Ravel, lorsque Gershwin vint lui demander des conseils. Ravel refusa net, reconnaissant dans l'art de son interlocuteur une singularité qu'il fallait cultiver et dont la Rhapsody in Blue est un des plus fameux exemples. Au contraire, Ravel comprit avant d'autres tout le parti que les compositeurs européens pouvaient tirer de la musique de leurs confrères américains. Ravel s'y réfère explicitement dans sa Sonate pour violon et piano, dont le mouvement lent est intitulé : Blues.Ce cheminement du classique vers le jazz s'est avéré fécond pour ceux qui ont su l'emprunter, en particulier les compositeurs-chefs d'orchestre. Qu'on pense à Leonard Bernstein : si son immense carrière à la tête des orchestres philharmoniques de New York ou de Vienne lui ont acquis une réputation d'excellence dans le répertoire romantique, le compositeur, lui, s'est tout entier nourri de swing, volant de triomphes en triomphes culminant avec West Side Story. Le jazz a consacré une évidence que la plupart des grands compositeurs avaient déjà éprouvé : en toute bonne musique, quelles que soient écoles et des traditions il y a cela : l'art du mouvement, le rythme ! Ludwig van Beethoven a inventé le jazz. Si plus d'un musicologue tomberait en syncope devant une telle affirmation, force est de constater qu'avec la trente-deuxième et dernière sonate de Beethoven, se crée le premier pur moment de swing de l'histoire de la musique. Modeste Moussorgski préfigure Quincy Jones dans ses Tableaux d'une exposition ? C'est à la découverte de ces intuitions inouïes que convie ce disque avant d'explorer les influences profondes qu'a eu le jazz sur la production classique du XXe siècle, de Maurice Ravel à Leonard Bernstein.

En visitant ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous proposer des services et des offres adaptés à vos préférences.  En savoir plus fermer