Vos centres commerciaux Auchan sur Aushopping.com CHOISIR UN CENTRE COMMERCIAL

Burns mike / ma tristesse sur la mer

HARMONIA MUNDI

Mo Bhron ar an bhFarraige (ma tristesse sur la mer) C'est l'histoire humaniste ......

> Lire la suite


Cet article n'est pas disponible à la vente sur Aushopping.com.
Pour le mémoriser, ajoutez-le à votre liste d'envies.
Descriptif produit

Mo Bhron ar an bhFarraige (ma tristesse sur la mer) C'est l'histoire humaniste d'ouvriers immigrants Irlandais venus construire le Canal Rideau entre 1826 et 1932 pour protéger les colonies britanniques du Canada contre la menace d'invasion des États-Unis.C'est un bout du récit de l'humanité, une de ces histoires que jamais l'Histoire majuscule des nations ne révèle.Mike est un irlandais majuscule. Il vit un pied au Québec et l'âme en Irlande. Il sculpte, pratique le Haïkido et rêve en gaélique. C'est le seul individu que nous connaissons qui raconte les yeux fermés, de sorte que ce sont les images que fabriquent sa voix et sa langue qui aveuglent, criantes et visibles. Au-delà de son répertoire de légendes irlandaises, Mike conte aussi une histoire particulière, celle des immigrants Irlandais venus creuser le Canal Rideau, il s'agit de Ma tristesse sur la mer . Mike conte régulièrement depuis l'âge de dix-sept ans ; il a dépassé la cinquantaine. Il connaît plus de contes qu'il n'y a de jours en l'année.Mike Burns est un roc : Le monde pourrait partir en poussière pendant qu'il raconte il n'en serait que peu affecté. Les yeux fermés, la voix basse mais tranchante, l'Irlandais du Québec fait partie de la race des conteurs au long souffle, ancré dans la terre qu'il porte en lui.. . La Parole, déc 2003 Né de la menace des Etats-Unis d'envahir les colonies britanniques du Canada, les travaux du Canal Rideau débutèrent au début du 19ème siècle. Long de 202 kms, sa creusée et sa construction, par les immigrants toujours plus nombreux, furent un travail colossal. Histoire d'exils, de songes espérants, de luttes pour la survie, du lointain chevillé au coeur, d'âmes errantes, d'ouvriers migrants, de solitude.Histoire de la solidarité, et de la peine, de la longue mélopée de vie commune à tous les déportés du monde, bâtisseurs anonymes et humains en quête. C'est un bout du récit de l'humanité, une de ces histoires que jamais l'Histoire majuscule des nations ne révèle. A la manière d'un Ken Loach, Mike Burns, fait de Ma tristesse sur la mer un blues vibrant, un film beau et grave.

En visitant ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous proposer des services et des offres adaptés à vos préférences.  En savoir plus fermer