Vos centres commerciaux Auchan sur Aushopping.com CHOISIR UN CENTRE COMMERCIAL

CHARTRES : LE CHEMIN DE L'AME

UNIVERSAL MUSIC

Chanteuse et compositrice, Catherine Braslavsky signe, avec ce sixième album, un ...

> Lire la suite


Cet article n'est pas disponible à la vente sur Aushopping.com.
Pour le mémoriser, ajoutez-le à votre liste d'envies.
Descriptif produit

Chanteuse et compositrice, Catherine Braslavsky signe, avec ce sixième album, un disque d'une richesse exceptionnelle. Après, Les enfants d'Abraham, De Jérusalem à Cordoue, Hildegard von Bingen (sorti chez Jade en 2008), elle nous convie ici aux concerts privés qu'elle donne depuis dix ans à la cathédrale de Chartres. Une nouvelle facette de cette artiste qui continue de dépoussiérer les musiques du Moyen-Âge, pour mieux s'en inspirer.Formée au chant médiéval, Catherine Braslavsky s'est très vite intéressée à la musique arabe et indienne, pour se tourner vers l'improvisation et la composition. Artiste originale donc, mais rigoureuse, Catherine Braslavsky apporte au chant sacré une vitalité rare.En matière de musique médiévale, il est diffi cile de faire des découvertes. Et pourtant, ce disque nous en propose deux : tout d'abord, l'acoustique exceptionnelle et jusque-là méconnue de la cathédrale de Chartres;Ensuite, le son de ces chanteurs au voix chaudes et pleines d'une ferveur naturelle et gracieuse. Parmi elles, la voix de Catherine Braslavsky elle-même, toujours profonde et souple, à l'incomparable musicalité.Les chants, contemporains pour la plupart des débuts de la cathédrale, nous font voyager dans un Moyen-Âge luxuriant. On y retrouvera des chants du Livre Vermeil de Montserrat, des chants de troubadours, des Cantigas de Santa Maria, des chants grégoriens. Auxquels se marient parfaitement quelques compositions de Catherine Braslavsky (le Notre Père en araméen, le Kaddosh/Sanctus en hébreu et en latin, le Grand Kyrie, composé pour la cathédrale ...), et deux magnifi ques solos instrumentaux :L'un de violoncelle qui fait vibrer toute la nef, et un autre, du luth arabe, dont la nostalgie a le parfum d'une Andalousie perdue.Hommage étonamment réussi à la plus belle des cathédrales, qui ici devient instrument de musique.

En visitant ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous proposer des services et des offres adaptés à vos préférences.  En savoir plus fermer