Vos centres commerciaux Auchan sur Aushopping.com CHOISIR UN CENTRE COMMERCIAL

ETUDES D'EXECUTION TRANSCENDANTE

WARNER MUSIC DV

La version recommandée par DIAPASON dans sa discographie comparée des Etudes d'......

> Lire la suite


Cet article n'est pas disponible à la vente sur Aushopping.com.
Pour le mémoriser, ajoutez-le à votre liste d'envies.
Descriptif produit

La version recommandée par DIAPASON dans sa discographie comparée des Etudes d'exécution transcendante Franz Liszt Douze études d'exécution transcendante S.139 Vladimir Ovchinnikov piano Enregistrement Londres Abbey Road Studio n1 - Août 1988 Les Etudes d'exécution transcendante de Liszt constituent l'un des documents majeurs du romantisme en même temps que l'un des moments-clés de l'évolution de l'écriture et de la technique instrumentale du piano. Ce bond en avant de Liszt dans la virtuosité, et qui le conduisit vers la création de la technique pianistique moderne telle que, depuis, elle a été comprise, plusieurs recueils lisztiens en témoignent, mais par dessus tout les 12 Grandes Etudes publiées en 1838. Cependant, le fait que Liszt ait joué maintes fois en public la version de 1838 fut la cause de la révision minutieuse publiée en 1851 d'un recueil qui mettait un point final à sa réflexion sur le sujet, forme définitive qui dès lors et jusqu'à aujourd'hui a pratiquement été la seule utilisée.Vladimir Ovchinnikov, interprète de cet enregistrement, dit que lui-même ne les joue qu' ensemble ou bien pas du tout , ajoutant : Vous pouvez suivre tout au long de chacune des pages de ce recueil une réelle structure dramatique retraçant les exploits du protagoniste. Cette idée ne m'est pas venue à la lecture de l'un des écrits de Liszt, mais parce que je crois que les Etudes racontent une sorte d'histoire dont le compositeur lui-même serait le héros. L'envergure du recueil est proprement stupéfiante, tant en regard de l'expression que de la recherche pianistique. Faisant un compte-rendu de l'édition de 1838, Schumann écrivit qu'il y avait là des études d'une difficulté telle que seuls dix ou douze pianistes au monde seraient à même de les dominer.Né à Belebay, dans l'Oural, le pianiste Vladimir Ovchinnikov est l'un de ces interprètes d'exception. Elève d'Alexei Nasedkin au Conservatoire de Moscou, il termina second, après Ivo Pogorelich, au Concours International de Piano de Montréal en 1980, tout comme il partagea la seconde place avec Peter Donohoe au Concours Tchaïkovski de Moscou en 1982, année où aucun premier prix ne fut décerné. C'est au moment où il remporta le Premier Prix au Concours de Leeds en 1987 que l'attention générale se porta brusquement sur Ovchinnikov, qui réalisa alors cet enregistrement stupéfiant pour EMI.

En visitant ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous proposer des services et des offres adaptés à vos préférences.  En savoir plus fermer