Vos centres commerciaux Auchan sur Aushopping.com CHOISIR UN CENTRE COMMERCIAL

OEUVRES ORCHESTRALES /VOL.6

PIAS

Messieurs les Anglais - chef et label britanniques - auront encore une fois tiré ...

> Lire la suite


Pour le mémoriser, ajoutez-le à votre liste d'envies.
Descriptif produit

Messieurs les Anglais - chef et label britanniques - auront encore une fois tiré les premiers, aidés par une armée orchestrale islandaise et un pianiste québécois ! L'intégrale des oeuvres orchestrales de Vincent d'Indy nous arrive donc tout droit du Nord, de quoi faire se retourner d'Indy dans sa tombe, si l'on se souvient de son nationalisme à la limite du féroce. Ce cinquième volume rassemble une oeuvre très connue (du moins dans la production de d'Indy, assez négligée il faut le dire) : la Symphonie cévenole (Symphonie sur un chant montagnard français de 1886) pour orchestre avec piano principal - ce n'est pas vraiment un concerto, plutôt une symphonie concertante -, et des pièces encore plus négligées du répertoire d'Indien que sont Saugefleurie de 1884 et Médée de 1898. Pourquoi diable ne joue-t-on jamais cette musique somptueuse ? Les opinions sociales et politiques de d'Indy, assez peu politiquement correctes selon les canons de notre époque, auraient-elles une incidence ? Mais la musique reste la musique, sans la moindre coloration intellectuelle ! Certes, le titre Saugefleurie fait un peu cucul-la-praline, et certains ont reproché à d'Indy de se laisser trop emporter par Wagner. Possible, et pourtant Wagner n'aurait pas pu écrire une seule de ces mesures, intimement françaises dans la transparence harmonique et orchestrale ; en vérité, on devrait tout autant chercher du côté de Lalo, de Massenet, de Chabrier même pour les passages les plus élancés. Quant à Médée, c'est un étonnant moment de musique évoluant quelque part entre un langage post-Tristan et les évidentes échappées formelles et sonores d'un Debussy. A redécouvrir d'urgence ! Peut-être cette intégrale incitera-t-elle enfin les orchestres français à rendre justice à ce pauvre d'Indy... Cet enregistrement est le premier réalisé à Harpa, la nouvelle salle de concert de Reykjavik ouverte en 2011 et considérée comme l'une des plus meilleures acoustiques du nouveau millénaire.

En visitant ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous proposer des services et des offres adaptés à vos préférences.  En savoir plus fermer