Vos centres commerciaux Auchan sur Aushopping.com CHOISIR UN CENTRE COMMERCIAL

SIXES, SEVENS & NINES

SOCADISC

2 années après avoir sorti un premier album excellent, Junkyard remet le couvert ...

> Lire la suite


Cet article n'est pas disponible à la vente sur Aushopping.com.
Pour le mémoriser, ajoutez-le à votre liste d'envies.
Descriptif produit

2 années après avoir sorti un premier album excellent, Junkyard remet le couvert avec comme successeur Sixes, sevens&nines. Pas de profonds bouleversements à attendre, Junkyard reste fidèle à ce hard-rock n'roll sincère et authentique qu'il affectionne tant.Effectivement, dès le premier titre(excellent, d'ailleurs) de l'album, Back in the streets, on est rassurés. Les 5 gars de Junkyard balancent la sauce sans faire de concessions. Le tout balance du tonnerre, est joué sur le tempo de l'urgence et c'est parti. Très bien parti, même, si l'on se fie au bluesy All the time in the world, agrémenté de quelques embellies au piano et à l'orgue Hammond. Sur Give the devil his dues; feeling, swing et groove sont les maitres-mots. Et comment ne pas succomber à Nowhere to go but down qui fait taper du pied et qui se distingue par sa ligne de basse assassine plantée au beau milieu de la chanson ? Décidèment, ce combo a le chic pour sortir des compos supra-efficaces et imparables ! La preuve avec Misery loves company et ses accents sudistes bien prononcés, ainsi que le rôle prépondérant du piano. Ou encore avec Throw it all away direct et carré aux entournures, le lent Killing time et son solo à la slide qui puisent dans les racines du blues; ainsi que le déjanté Lost in the city, limite punk, qui cloture l'album de la même manière que celui-çi a demarré: sur les chapeaux de roues et, croyez-moi, ça fait des dégats !Junkyard tempère ses ardeurs avec 2 ballades; ce qui ne diminue nullement la qualité de l'album, au contraire. Slippin' away, gorgé de guitares acoustiques, et Clean the dirt sont de véritables merveilles bourrées de feeling et la voix du chanteur David Roach est un vrai régal.Constamment en balance entre hard-rock à l'arraché et rock sudiste, ce Six, sevens&nines est vraiment un magnifique album qui, à l'époque, est passé un peu inaperçu(ce qui est franchement regrettable) et mériterait d'être réhabilité. Après cet album, Junkyard avait splitté sans jamais avoir obtenu la consécration. Ce combo US peut se consoler d'avoir réalisé un sans-faute discographique et beaucoup de groupes nettement plus connus ne peuvent pas en dire autant.

En visitant ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous proposer des services et des offres adaptés à vos préférences.  En savoir plus fermer