Jazz, blues et folk - SONE KA-LA par CULTURA
Vos centres commerciaux Auchan sur Aushopping.com CHOISIR UN CENTRE COMMERCIAL

SONE KA-LA

UNIVERSAL MUSIC DV

Le contemporain brassage des cultures et des peuples répand de par le monde ce ......

> Lire la suite


Pour le mémoriser, ajoutez-le à votre liste d'envies.
Descriptif produit

Le contemporain brassage des cultures et des peuples répand de par le monde ce phénomène des créolisations et des créolités. Nul doute que Jacques Schwarz-Bart peut faire sienne cette vision du monde proposée par l'écrivain Patrick Chamoiseau. Lui, saxophoniste de jazz loué par la scène nu-soul new-yorkaise. Elevé par une mère guadeloupéenne native de la Charente et d'un père français aux origines juives et polonaises, grandi entre la Suisse et la Guadeloupe. Le fils de ces deux auteurs reconnus de leurs pairs affiche donc un parcours sinueux qui en dit long sur son identité. Jacques Schwarz-Bart a donc été à bonne école, celle de parents concernés par la musique antillaise, et plus généralement par toute l'histoire antillaise. 'Espoir et déchirements de l'âme créole' pour reprendre le titre d'une nouvelle signée Schwarz-Bart. C'est cela qu'exorcise le tambour ka, dont les racines sont communes à celle du jazz. Le gwo ka, créolisation de Gros quart, modèle de barrique qui transportait les salaisons depuis la métropole et à partir duquel les percussions étaient construites, devenu un style musical à part entière. Le rythme comme trait d'union entre ces deux musiques surgies de l'exil, mais aussi le chant comme incantation, exaltation. Le ka et le jazz ont bien des points en commun. Le ka et le jazz, deux musiques cousines qui ont permis à ces interprètes de s'afficher, de dire leur originalité. Il était évident qu'elles étaient destinées à se rencontrer, à se marier. Il remet donc en avant l'esprit frappeur des grands anciens, met ce qu'il faut de soul dans ce projet discographique enregistré entre New York et Pointe-à-Pitre. Nom de code : Soné ka la. Nom de groupe : Yon, le chiffre un en créole . Une équipe au diapason des intentions du leader, mélange d'Antillais et d'Américains, avec, au milieu de tout cela un pianiste croate, mais aussi le guitariste béninois Lionel Loueke, une paire de tambouyé du cru, le boula d'Olivier Juste et le marké de Sony Troupé. Le premier, au son grave, imprime les rythmes, marquant le mètre régulier, tandis que le second, au son plus aigu, permet au tambourinaire d'improviser, d'endosser le rôle de soliste. Voilà pour la formule (rythmique) de base, un noyau à partir duquel les mélodistes peuvent prendre place. Inutile de dire que le saxophoniste et flûtiste s'en donne à coeur joie et à plein poumon, s'élançant dans plusieurs chorus, souvent enflammés, parfois plus sensuels. Il n'est pas le seul à prendre la parole dans ce projet. Quoi de plus normal pour qui connaît la musique ka. C'est sans doute pourquoi il invite quelques grandes voix de Guadeloupe : Jacob Desvarieux, original Kassav ; Jean-Pierre Coquerel, une des personnalités issues du milieu des tambourinaires ; Admiral T, le nouvel homme fort des sound-systems. Soit trois générations convoquées sur une seule et même galette ! Trois chants puissants qui ajoutent une couche à ce gumbo déjà bien relevé.

En visitant ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous proposer des services et des offres adaptés à vos préférences.  En savoir plus fermer