Musique classique - THE SCHUBERT PROJECT par CULTURA
Vos centres commerciaux Auchan sur Aushopping.com CHOISIR UN CENTRE COMMERCIAL

Nouveau

THE SCHUBERT PROJECT CULTURA

THE SCHUBERT PROJECT

WARNER MUSIC DV


> Plus d'info sur le produit


Pour le mémoriser, ajoutez-le à votre liste d'envies.
Descriptif produit

Triple lauréat des Victoires de la musique classique entre 2006 et 2011, Bertrand Chamayou est l'un des pianistes français les plus en vue sur la scène internationale. Ses interprétations de deux grands corpus de Franz Liszt, les 12 Études d'exécution transcendante et les Années de pélerinage ainsi que ses récents programmes consacrés à Felix Mendelssohn et César Franck ont recueilli l'approbation de la critique et des amateurs de piano les plus exigeants. C'est dans cette suite que s'inscrit ce nouveau programme de morceaux choisis dans l'oeuvre abondante de Franz Schubert. Une nouvelle fois, la sélection opérée ne laisse aucune place à la facilité avec les deux morceaux de bravoure pianistique que constituent la Fantaisie en ut majeur opus 15, D. 760, dite Wanderer et les trois Klavierstücke, opus posthumes n1, 2 et 3, D. 946. Par le choix de ces pièces, Bertrand Chamayou se glisse, deux siècles après, dans la peau du compositeur autrichien mort à 31 ans, qui jouait pour ses amis ses nouvelles créations dans des soirées baptisées schubertiades. La grande maîtrise du pianiste, en particulier dans le dernier mouvement Allegro de la Wanderer Fantaisie, est à la hauteur de l'exigeance requise pour son interprétation ; Schubert n'annonçait-il pas : C'est le diable qui devrait jouer cela ? Outre ces oeuvres d'une grande difficulté qui surprennent par leur accomplissement doublé d'une lecture personnelle, très assurée, le programme comprend la partition magnifique et connue de Auf dem wasser zu singen ( chanter sur l'eau), D. 774 - dans sa version instrumentale -, et le remarquable Allegretto en ut mineur D. 915, à redécouvrir séance tenante. D'autres miniatures complètent le récital comme un extrait du cycle Die Schöne Mullerin (Der Müller un der Bach), une courte et profonde Litanei D. 343 et deux Ländler D. 790 et D. 366, avant la conclusion sur la charmante valse Kupelwieser Walzer en sol bémol majeur, D. Anh 1/14, absente du catalogue schubertien mais jouée en 1826 et transmise par le temps, notamment par la transcription de Richard Strauss en 1943. Bertrand Chamayou livre en tous points un travail d'expert.

En visitant ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous proposer des services et des offres adaptés à vos préférences.  En savoir plus fermer