Pop et rock - WHAT WOULD THE COM- par CULTURA
Vos centres commerciaux Auchan sur Aushopping.com CHOISIR UN CENTRE COMMERCIAL

WHAT WOULD THE COM-

WAGRAM

Disque immense, What Would The Community Think révèle Cat Power : une ...

> Lire la suite


Pour le mémoriser, ajoutez-le à votre liste d'envies.
Descriptif produit

Disque immense, What Would The Community Think révèle Cat Power : une sauvageonne de 24 ans, à lécriture grave et belle à pleurer. Chez Cat Power, pas de hiatus ironique entre le fond, calciné, et la forme, brûlante. Rescapée de quelque épouvantable naufrage métaphysique, une fille seule, avec sa guitare et sa guigne, chante un blues terrible (They tell me) interdit aux divas manucurées (Cassandra Wilson) comme aux ribaudes émules de Janis Joplin (Joan Osborne). Un blues immaculé qui ferait presque passer la PJ Harvey de To bring you my love pour une Sarah Bernhardt égarée sur les berges du Mississippi (ou un Jim Morrison féminin). Un blues inouï, teinté de gospel blafard, plainte orpheline (God dont give a shit about me) pleurée en écho au There is no one what will take care of you de Palace. De la country aussi, dune luminosité stellaire (Taking people), celle après laquelle les Walkabouts, érudits bosseurs, courent en vain depuis dix ans. Une country pas phraseuse, sourde à la rhétorique de Nashville (pas de violons, tout juste une minuscule flaque dorgue et une pincée de pedal-steel), déconseillée aux acheteurs de résidence secondaire mais pas affligée pour autant dun esprit de clocher étriqué, dun intégrisme amish. Au-delà de lanecdote Steve Shelley enregistre à Memphis , Cat Power jumelle sans états dâme Hank Williams I cant help it (if Im still in love with you), repris sur Myra Lee et Bill Callahan (ladmirable Batysphere de Smog, dépouillé de son violoncelle baroque et superbement violenté sur What Would The Community Think). Deux immenses songwriters américains fiers dadouber King Rides By, une de ces chansons déraisonnables qui ouvrent le terme à linfini, sans même atteindre les quatre minutes réglementaires. Ici, le pavé de Manhattan sallonge jusquau coeur du Tennessee ; The Coat Is Always On invite les voix monocordes de Lou Reed et Sterling Morrison récitant The Murder mystery ; Nude as the news offre un bol dair au Sonic Youth de Dirty. Cest au fil de concerts new-yorkais que la rumeur dit exceptionnels que Cat Power sest forgé sa réputation, mais sur What would the community think, la campagne prend sa revanche sur les orgueilleux gratte-ciels. Immense disque, où les plus beaux cauchemars de lAmérique rurale (rêvée par Nick Cave, peinte sur pellicule dans La Nuit du chasseur ou LEnfant miroir) convergent vers Water and air : Mon amour est parti au fil de leau Je devrais être au fond de la rivière ténébreuse, enlacée par le diable. Une histoire aussi éternelle queffroyable, dont on jurerait ici quelle vient dêtre inventée par une jeunette de 24 ans. De quoi effectivement donner quelques sueurs froides à la communauté on connaît depuis La Lettre écarlate le peu dindulgence de la vertueuse Amérique pour les amours cornues.

En visitant ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous proposer des services et des offres adaptés à vos préférences.  En savoir plus fermer