Jazz, blues et folk - LIVE IN CONCERT par CULTURA
Vos centres commerciaux Auchan sur Aushopping.com CHOISIR UN CENTRE COMMERCIAL

LIVE IN CONCERT

PIAS

Un premier album enregistré en concert au New Morning en juin 2014, avant la ...

> Lire la suite


Pour le mémoriser, ajoutez-le à votre liste d'envies.
Descriptif produit

Un premier album enregistré en concert au New Morning en juin 2014, avant la parution d'un prochain album studio.Ce lundi soir de juin, une ambiance particulière règne à l'intérieur du New Morning. On sent qu'un public fidèle de connaisseurs s'est déplacé. Dèsque Manu Katché lance le concert, faisant claquer sa caisse claire et gronder ses fûts, on devine qu'il est venu pour nous faire voyager et qu'il va toutdonner. Sa grosse caisse mate, autoritaire, ponctuée d'éclairs de cymbales, ses baguettes qui s'envolent et retombent en souplesse, expriment d'embléecette dynamique si élégante, caractéristique de son jeu et devenue sa signature. Sous sa casquette beige, un large sourire éclaire son immense envie dejouer. Dans l'air, un moment exceptionnel se prépare.Le quartet présent sur scène a joué 130 concerts l'année dernière, ce qui lui donne une cohésion impressionnante, avec un son d'une superbeépaisseur, qui emmène tout sur son passage. Arc-bouté sur les nappes d'orgue Hammond du subtil Jim Watson, le trompettiste Luca Aquino - qui remplacel'excellent Nils Petter Molvaer -, prend son envol. Dans sa sonorité percutante se faufile le même lyrisme velouté que Paolo Fresu, auprès duquel ila étudié. Les voix jumelles des saxophones de Tore Brunborg, ténor et soprano, proches de Jan Garbarek, dialoguent parfaitement avec les arabesquesélégantes de la trompette. Jim Watson, dont la lourde responsabilité est d'assumer toutes les parties de basses avec son orgue B3, se montre aussi inspirélorsqu'il s'installe au piano à queue. Ses quelques solos, dépouillés et ramassés, loins de toute virtuosité creuse, apportent une respiration bienvenue.Le savant mélange entre de discrets apports électroniques et une dominante acoustique constitue l'une des forces majeures de ce groupe.Quand on écoute attentivement, on s'aperçoit que ces musiciens mélangent habilement rigueur extrême et liberté créatrice, afin que tout reste possible.Ce quartet démontre son impressionnante maîtrise dans les changements d'ambiances. Il est aussi à l'aise avec les climats minimalistes qu'avec les passagesmusclés, parfois au bord du funk, lorsque surgit une nerveuse ligne de synthé-basse ( Keep On Trippin' et Beats & Bounce ).Dans la salle, l'ambiance est devenue totalement électrique. Malgré plusieurs rappels, le public n'est toujours pas rassasié. Manu remercie à nouveauchaleureusement les spectateurs, leur parlant comme à des amis.. Adroit, il parvient sans peine à leur faire reprendre en coeur le bref motif d'un ancientitre, Snapshot , obtenant alors une communion totale. Grâce à ces quelques notes, scandées ensemble, le partage entre la salle et le groupe devientphysique, et la frontière entre la salle et la scène disparait.

En visitant ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous proposer des services et des offres adaptés à vos préférences.  En savoir plus fermer